“R” for Recycling Brocaded Silk, from Profane to Sacred. Bernard Berthod, Dr ès Lettres, Curator Musée de Fourvière (Lyon), Vice-Chair of ICOM-Costume Committee

Aux XVIIe et XVIIIe siècles, la paramentique est souvent l’affaire des couvents même si dans les grandes villes, des tailleurs et brodeurs proposent des vêtements liturgiques. Les pieuses fidèles alimentent régulièrement les monastères par des dons de robes et d’étoffes variées, souvent de belle qualité mais passées de mode. Une autre source de matière première est le trousseau des jeunes filles qui abandonnent le monde pour la paix du cloître. Lorsqu’elles sont bien nées, le trousseau est à la hauteur de la condition familiale et l’ouvroir monastique a tôt fait de transformer les beaux atours en de non moins belles chasubles.

Chasuble, soie, gros de Tours blanc à trait d'argent 1600-1620 Fond : gros de Tours lancé, soie, trait d'argent, filé riant or. Orfrois : gros de Tours lamé or, soie, lame or. Doublure : damas gros de Tours rayé 1 lai de liseré et broché, soie H. 121 cm ; l. 68. Dessin Chasuble : H. 16,5 cm ; l. 9,5 cm. Dessin doublure : H. 19,2 cm ; l. 8,3 cm. Moulins, musée de la Visitation
Fig 1: Chasuble, soie,
gros de Tours blanc à trait d’argent 1600-1620.
Fond : gros de Tours lancé, soie, trait d’argent, filé riant or.
Orfrois : gros de Tours lamé or, soie, lame or.
Doublure : damas gros de Tours rayé 1 lai de liseré et broché, soie
H. 121 cm ; l. 68 cm. Dessin Chasuble : H. 16,5 cm ; l. 9,5 cm. Dessin doublure : H. 19,2 cm ; l. 8,3 cm. Moulins, musée de la Visitation

L’excellent travail de Gérard Picaud et de Jean Foisselon, responsables du Musée de la Visitation de Moulins nous en donne maints exemples. Ainsi à la Visitation Sainte-Marie de Paris, les religieuses couturières tirent « trois chasubles fort agréables des habits de notre honorée sœur Marie Adelaïde de Noailles, deux sont à fond blanc et fleurs d’or et nuée et la troisième de damas blanc » (fig. 1). De même, pour la prise d’habit de sa petite fille, la comtesse d’Oisy lui offre une robe d’une étoffe nommée pluie d’argent et elle y ajoute « une étoffe fond or à fleurs pour les orfrois et le chaperon d’une chape faite de cette robe ».

Ensuite les religieuses décousent minutieusement les vêtements puis les assemblent pour constituer une chasuble, un pluvial, une dalmatique et avec les tombés, les accessoires : manipule, étole, voile de calice. Le Musée de la Visitation conserve ainsi plusieurs pièces, par exemple, une chasuble en soie de Lyon (lampas fond taffetas broché) confectionnée avec 23 petites morceaux à partir d’un vêtement donné à la Visitation d’Aurillac par la famille de Noailles.

Lorsque l’on ne peut pas confectionner un vêtement liturgique, l’étoffe peut servir à la doublure, comme pour l’admirable chasuble en gros de Tours lancé, portée par saint François de Sales et doublée d’un damas gros de Tours provenant de la robe de prise d’habit de la Mère de Blonay, à Annecy en 1612 (fig. 2).

Chasuble en soie de Lyon, 1600-1700, Lampas fond taffetas broché. Assemblage de fragments d'un lampas argent à fleur; lampas fond taffetas broché, lame, filé et frisé or, lamé argent H. 113 cm ; l. 67 cm ; Dessin 50 com. Moulins, musée de la Visitation
Chasuble en soie de Lyon, 1600-1700, Lampas fond taffetas broché. Assemblage de fragments d’un lampas argent à fleur; lampas fond taffetas broché, lame, filé et frisé or, lamé argent H. 113 cm ; l. 67 cm ; Dessin 50 cm. Moulins, musée de la Visitation

Référence: Sacrées soieries, étoffes précieuses de la Visitation, Moulins, 2012


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *