“D” for Damask: “The Night Watch of the costume world.” Claude Fauque, Textile and Dress historian

Dress, Damas, XVIIe c.(detail). Museum Kaap Still.
Dress made of Silk, 17th c. Texel, Kaap Skil Museum

Au cours des XVIIe et XVIIIe siècles, les tissus de soie en Europe échappent aux influences orientales de leur origine première et des styles nouveaux apparaissent.

Une rencontre émouvante vient d’avoir lieu avec la découverte en archéologie maritime de pièces de vêtements du XVIIe siècle restées enfouies sous les sables pendant quatre cents ans au nord des côtes de la Hollande. On a donc pu voir récemment au Kaap Skil Museum à Texel cette robe de damas de soie de grande qualité. Examinée par des experts du Rijksmuseum et par le Professeur Emmy de Groot of the University of Amsterdam elle vient même d’être qualifiée; “the Night Watch of the costume world.” Son léger décor floral est encore influencé par la mémoire textile orientale revue par l’habileté italienne.

Madame Henriette de France (1721-1752), Jean-Marc Nattier (1685-1766). Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, MV4455.

Damas, samit et lampas vont alors s’enrichir des produits des manufactures françaises de Tours et de Lyon. À côté des décors “ branchus” – un siècle après la robe” sauvée des eaux”, Nattier peint encore Henriette de France dans ce même type d’étoffe – le décor floral devient plus naturaliste sous Louis XIV et sous Louis XV.

La Déclaration d’amour, Jean-François de Troy (16791752). Berlin, Stiftung Preussische Schlösser und Gärten, Schloss Charlottenburg, GKI 5634.

Brochés et brocarts de coloris soutenus parent hommes et femmes : La Tour représente ainsi le très fleuri député de Southampton, Henry Dawkins en 1750, tandis que les fleurs s’épanouissent tout à leur avantage sur les robes volantes comme dans La déclaration d’amour de Jean- François Troy, en 1731.

http://arstechnica.com/science/2016/04/dutch-divers-discover-400-year-old-dress-in-a-sunken-ship/

http://www.dutchnews.nl/news/archives/2016/04/88823-2/

http://www.kaapskil.nl/garde-robe.html


One thought on ““D” for Damask: “The Night Watch of the costume world.” Claude Fauque, Textile and Dress historian”

  1. I read your article with much interest. I visited Kaap Skil museum to see the Texel finds exhibited in april 2016. Contrary to the notice the dress is not a damask. As far as I could make out is a a brocaded or lancé satin. It can be clearly seen that whereas the groundweave is a satin as in most damasks, the designs are clearly in a separate weft bound with part of the main warp or a different warp in a twill. As a textile technician and art historian I find this mistake is commonly made by people examining archeological finds. Because they are mainly a more or less monochrome brown, one assumes damask as the structure, but very often this is not the case.
    The dress would need a good analysis to really determine its weave structure.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *