“F” for Fan: Fashionable fans. PhD Georgina Letourmy-Bordier, Fan Expert

Folding Fan with ivory serpentine sticks and painted silk palmettes, circa 1680s. ©The Fan Museum, Hélène Alexander Collection (Greenwich, London)
Folding Fan with ivory serpentine sticks and painted silk palmettes, circa 1680s.
©The Fan Museum, Hélène Alexander Collection (Greenwich, London)

Fans Assortment with beautiful and pleasant portraits and figures, with ivory sticks, all painted in bright colors, and some others dull.” (Translated from Jean de Monségur, 1709, Chap. XL)

« Les éventails à la mode sont de taffetas de différentes couleurs, et argentés. Ils sont fort légers, semés de fleurs naturelles, et montés de bois de

Folding Fan with ivory serpentine sticks and painted silk palmettes, circa 1680s. ©The Fan Museum, Hélène Alexander Collection (Greenwich, London)
Folding Fan with ivory serpentine sticks and painted silk palmettes, circa 1680s.
©The Fan Museum, Hélène Alexander Collection (Greenwich, London)
Folding Fan with ivory serpentine sticks and painted silk palmettes, circa 1680s. ©The Fan Museum, Hélène Alexander Collection (Greenwich, London)
Folding Fan with ivory serpentine sticks and painted silk palmettes, circa 1680s.
©The Fan Museum, Hélène Alexander Collection (Greenwich, London)

calembourg. On les appelle les éventails à la Dauphine ». En mai 1681, le Mercure galant (p. 381) nous offre un descriptif d’éventail « à la mode » qu’il serait bien hasardeux aujourd’hui de tenter d’illustrer. Nombre d’entre eux en effet, datant de la seconde moitié du XVIIe siècle, ne sont plus connus que par les écrits. Quelques relevés dans ce même journal permettent de souligner l’usage des éventails « à la siamoise », des éventails à « lorgnettes », mais aussi des nœuds de rubans ou des chaines d’or qui viennent agrémenter les brins.

De rares exemples aujourd’hui témoignent du raffinement de ces accessoires de mode.

La simplicité des brins en os finement découpés, suivant un mouvement serpentiforme, répond à l’exubérance du décor de la feuille. Composé de palmettes de soie, cet éventail appartenant à la collection de Mrs Hélène Alexander (The Fan Museum, Londres, inv. 1620) offre un décor exotique. Au centre, une déesse sur un char, tiré par deux amours, est entourée d’oiseaux exotiques et d’insectes géants. La luminosité du fond or met en valeur le coloris des vêtements. Composés de plumes majestueuses, les coiffures des différents personnages contribuent à évoquer les terres lointaines. À contrario, les deux faces argentées laissent place à une succession de branches fleuries ou chargées de fruits, en alternance avec d’imposants insectes.

Les fonds or, et argent, très en vogue dans les dernières années du XVIIe siècle, le sont encore au début du XVIIIe siècle selon Savary des Bruslons dans son Dictionnaire du Commerce. Il indique d’ailleurs que ce sont les batteurs d’or qui sont en charge de cette préparation avant que les peintres en éventails n’interviennent.

Cet éventail est d’autant plus exceptionnel qu’il offre quatre images, soit quatre faces, au lieu des deux habituellement observées sur les éventails. Le montage particulier des palmettes permet cette prouesse. L’éventail s’ouvre ainsi de la gauche vers la droite, mais aussi de la droite vers la gauche.

L’éventail « parfait », ou achevé, est ensuite proposé à la vente. Paris est la plus grande place de ce commerce. Les éventaillistes, parfumeurs, gantiers, mais aussi marchands-merciers partagent la diffusion de cet accessoire dont le succès ne cesse de croître. Qu’elles soient de royaume de France, d’Espagne, de Hollande, d’Angleterre ou encore des Pays du Nord ou d’Amérique, les femmes de la haute société apprécient les éventails des artisans parisiens.


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *