“N” for Night Gown: The Informal Gown of a Lady Wear. A customized fashion plate circa 1700: Dame de la Cour en « déshabillé négligé ». Pascale Cugy, Docteur in History of Art, University of Paris-Sorbonne

Les quatre frères Bonnart, nés entre 1637 et 1654 à Paris, sont particulièrement célèbres pour leurs images de vêtements, produites en grande quantité à partir des années 1680 et considérées comme les premières estampes à pouvoir vraiment prétendre au titre de « gravures de mode ». Ces centaines de planches de même format, gravées à l’eau-forte et au burin, très stéréotypées dans leur présentation, sont depuis longtemps perçues comme une chronique des apparences du règne de Louis XIV.

Fashion plate published by Nicolas Ier Bonnart (vers 1637-1718), after a drawing by Robert Bonnart (1652-1733. Print on paper cut out, textile fabric glued on cardboard, and coloured, circa 1690-1700. 290 x 195 mm. Bibliothèque nationale de France, Département des Estampes et de la Photographie, Collection Smith-Lesouëf, 9458
Fashion plate published by Nicolas Ier Bonnart (c. 1637-1718), after a drawing by Robert Bonnart (1652-1733). Print on paper cut out, textile fabric glued on cardboard, and coloured, circa 1690-1700. 290 x 195 mm. 
Paris, Bibliothèque nationale de France, Département des Estampes et de la Photographie, Collection Smith-Lesouëf, 9458

La Dame de la Cour, en déshabillé négligé de la collection Smith-Lesouëf, publiée (et probablement gravée) par l’aîné des Bonnart, Nicolas Ier, d’après un dessin de son jeune frère Robert, est très caractéristique de cette production. Debout à l’avant d’un fond blanc, corps tourné vers la gauche et visage vers la droite, le mannequin est présenté comme une dame « de la Cour » (appartenant donc au monde à imiter, où sont censés naître les bons usages), la tête couverte d’une sorte de turban, dans un « déshabillé » laissant découvrir le creux de sa poitrine, dont la lettre précise qu’il est « négligé ». Loin d’être réservé aux « besognes de nuit », le déshabillé est, selon le Dictionnaire universel d’Antoine Furetière publié en 1690, un « habit de couleur que les femmes portent chez elles ». La première édition du Dictionnaire de l’Académie française précise, en 1694, qu’« elles [s’en] servent pour garder la chambre ». Porté en dehors des grandes occasions qui nécessitent un habit particulier, il est associé au style non apprêté, évidemment très étudié, qui était considéré par les contemporains comme un progrès du règne de Louis XIV, contrastant avec les contraintes incommodes du passé. M. de La Févrerie se félicita ainsi dans un article du Mercure galant publié en 1681 d’une Cour où « l’on est négligé sans être mal-propre ».

Finement gravée et riche en détails, cette composition fait moins la promotion d’un habit précis, repérable chez un tailleur identifiable, que d’un style de vie associé au monde de l’élite. Elle insiste ainsi sur la posture, les gestes et la silhouette, mettant en valeur une beauté théâtralisée. Jouant sur la jeunesse et l’érotisme, les planches des Bonnart sont toujours marquées, malgré leur caractère tout à fait irréel, par un sentiment d’intimité avec l’univers du pouvoir et de la beauté, lié aux jeux de regard, mais aussi à la multiplication des accessoires accessibles à la bourgeoisie, comme ici les dentelles, le mouchoir ou le collier muni de sa croix.

(Detail) Fashion plate published by Nicolas Ier Bonnart (vers 1637-1718), after a drawing by Robert Bonnart (1652-1733. Print on paper cut out, textile fabric glued on cardboard, and coloured, circa 1690-1700. 290 x 195 mm. Paris, Bibliothèque nationale de France, Département des Estampes et de la Photographie, Collection Smith-Lesouëf, 9458
(Detail) Fashion plate published by Nicolas Ier Bonnart (c. 1637-1718), after a drawing by Robert Bonnart (1652-1733). Print on paper cut out, textile fabric glued on cardboard, and coloured, circa 1690-1700. 290 x 195 mm.
Paris, Bibliothèque nationale de France, Département des Estampes et de la Photographie, Collection Smith-Lesouëf, 9458

Par leur sujet et leur composition, les estampes des frères Bonnart se prêtent particulièrement bien à « l’habillage » par le biais de fragments textiles, une technique d’embellissement des planches gravées encore peu étudiée, employée dès le début du XVIIe siècle, notamment pour orner les images de dévotion. Servant ici à donner une apparence concrète au déshabillé, cette technique conduit l’individu qui l’utilise à mimer avec une grande minutie le travail du tailleur qui façonne l’apparence, à l’aide de chutes textiles directement empruntées à un monde de richesse et de luxe. Combinés à une enluminure délicate évoquant la carnation du mannequin, ces tissus vert, saumon et rouge, agrémentés de fils d’or et d’argent, sont étroitement associés dans un montage respectant la structure générale livrée par la gravure, dont le papier marque les plis et frontières des différents éléments. Ayant très probablement un but ornemental plus que didactique ou explicatif, cet habillage, transformant l’image du mannequin en un véritable tableau tactile, confère un prix particulier à la feuille volante d’origine, vendue pour quelques sols rue Saint-Jacques, à Paris.

(Detail) Fashion plate published by Nicolas Ier Bonnart (vers 1637-1718), after a drawing by Robert Bonnart (1652-1733. Print on paper cut out, textile fabric glued on cardboard, and coloured, circa 1690-1700. 290 x 195 mm. Paris, Bibliothèque nationale de France, Département des Estampes et de la Photographie, Collection Smith-Lesouëf, 9458
(Detail) Fashion plate published by Nicolas Ier Bonnart (c. 1637-1718), after a drawing by Robert Bonnart (1652-1733). Print on paper cut out, textile fabric glued on cardboard, and coloured, circa 1690-1700. 290 x 195 mm.
Paris, Bibliothèque nationale de France, Département des Estampes et de la Photographie, Collection Smith-Lesouëf, 9458

References: Cugy Pascale, Letourmy-Bordier Georgina, Selbach Vanessa, « Les “estampes habillées”. Acteurs, pratiques et publics en France aux XVIIe et XVIIIe siècles », Perspective, 1, 2016, p. 163-170. Fuhring Peter, Marchesano Louis, Mathis Rémi et al., A Kingdom of Images : French Prints in the Age of Louis XIV, 1660-1715, cat ex., Los Angeles, The J. Paul Getty Trust ; Paris, Bibliothèque nationale de France, 2015, p. 254-255. La Févrerie M. de, « En quoy consiste l’air du Monde, & la véritable Politesse, par M. de la Févrerie », Mercure galant, juillet 1681, p. 47-103. Thépaut-Cabasset Corinne, éd., L’Esprit des modes au Grand siècle, Paris, CTHS, 2010.

Forthcoming 2017: Cugy Pascale, La dynastie Bonnart. Peintres, graveurs et marchands de modes à Paris sous l’Ancien Régime, Rennes, Presses universitaires de Rennes.


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *